Book: Engineers in Syria and Egypt

Sari Hanafi, La Syrie des Ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Egypte, Paris, Karthala, 1997

« Les chercheurs attribuent le plus souvent la fragilité du développement dans les pays du Sud à causes des releant d’une macro-analyse de l’Etat. Ce faisant, ils négligent les groupes sociaux qui peuvent être porteurs de projets de développement. A mi-chemin entre les études macro-économiques du développement et ses analyses anthropologiques fines, une sociologie de nouveaux acteurs, tels que les ingénieurs, apparaît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes de la Syrie et de l’Egypte. Si les ingénieurs sont le produit du développement, ils en deviennent ensuite le moteur indispensable ainsi que, parfois, le vecteur potentiel de son échec. Leur rôle ne se résume pas à celui de simples exécutants de la raison d’Etat. Car par leur travail et par une certaine autonomie de décision qui leur est souvent reconnue au nom de leur savoir et de leur technicité, les ingénieurs participent activement à la formation/ réalisation des politiques étatiques et des projets économiques du secteur privé.Ce groupe de techno-bureaucratique est en quête d’une identité professionnelle mais aussi sociale et culturelle. Au-delà de la question du développement, les ingénieurs s’intéressent aux affaires de la cité. Ils combinent une orientation modernisatrice, sous forme de visées technocratique et techniciste, avec d’autres orientations que nous avons appelés proffessionnelle faible, corporatiste et islamiste.Un projet culturel est porté par une partie d’entre eux dont les islamistes. Son mot d’ordre est de moderniser l’islam. Cet islamisme a un rapport au religieux que nous qualifions « d’esthétique ». Car cette vision indique davantage une subordination au présent, au contexte socio-économique et politique, qu’une autonomie historique. Elle est beaucoup plus liée à l’attitude de l’Etat quà l’appartenance à une culture arabo-musulmane. »

Sari Hanafi est « docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, actuellement chercheur au Centre d’étude et de documentation économique juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Il est l’auteur de l’ouvrage Entre deux monde. Les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestienne, (en français et en arabe). Il est également auteur de plusieurs articles sur la société syrienne et sur la diaspora palestinienne. »

See also: 

Hanafi Sari. Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité. In: Tiers-Monde. 1995, tome 36 n°143. Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie (sous la direction d’Elizabeth Longuenesse et Roland Waast). pp. 531-545. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1995_num_36_143_4975

Hanafi Sari, Les ingénieurs en Syrie : modernisation, technobureaucratie et identité, Thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 1994. Available Online