Book: Engineers in Syria and Egypt

Sari Hanafi, La Syrie des Ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Egypte, Paris, Karthala, 1997

« Les chercheurs attribuent le plus souvent la fragilité du développement dans les pays du Sud à causes des releant d’une macro-analyse de l’Etat. Ce faisant, ils négligent les groupes sociaux qui peuvent être porteurs de projets de développement. A mi-chemin entre les études macro-économiques du développement et ses analyses anthropologiques fines, une sociologie de nouveaux acteurs, tels que les ingénieurs, apparaît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes de la Syrie et de l’Egypte. Si les ingénieurs sont le produit du développement, ils en deviennent ensuite le moteur indispensable ainsi que, parfois, le vecteur potentiel de son échec. Leur rôle ne se résume pas à celui de simples exécutants de la raison d’Etat. Car par leur travail et par une certaine autonomie de décision qui leur est souvent reconnue au nom de leur savoir et de leur technicité, les ingénieurs participent activement à la formation/ réalisation des politiques étatiques et des projets économiques du secteur privé.Ce groupe de techno-bureaucratique est en quête d’une identité professionnelle mais aussi sociale et culturelle. Au-delà de la question du développement, les ingénieurs s’intéressent aux affaires de la cité. Ils combinent une orientation modernisatrice, sous forme de visées technocratique et techniciste, avec d’autres orientations que nous avons appelés proffessionnelle faible, corporatiste et islamiste.Un projet culturel est porté par une partie d’entre eux dont les islamistes. Son mot d’ordre est de moderniser l’islam. Cet islamisme a un rapport au religieux que nous qualifions « d’esthétique ». Car cette vision indique davantage une subordination au présent, au contexte socio-économique et politique, qu’une autonomie historique. Elle est beaucoup plus liée à l’attitude de l’Etat quà l’appartenance à une culture arabo-musulmane. »

Sari Hanafi est « docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, actuellement chercheur au Centre d’étude et de documentation économique juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Il est l’auteur de l’ouvrage Entre deux monde. Les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestienne, (en français et en arabe). Il est également auteur de plusieurs articles sur la société syrienne et sur la diaspora palestinienne. »

See also: 

Hanafi Sari. Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité. In: Tiers-Monde. 1995, tome 36 n°143. Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie (sous la direction d’Elizabeth Longuenesse et Roland Waast). pp. 531-545. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1995_num_36_143_4975

Hanafi Sari, Les ingénieurs en Syrie : modernisation, technobureaucratie et identité, Thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 1994. Available Online

Book: History of Technical Intelligence

Hélène Verin, La Gloire des Ingénieurs: l’Intelligence Technique du XVIe au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993

« Bâtisseur du progrès ou homme d’artifices, l’ingénieur est une figure centrale du mythe de la modernité. Héraut du génie à la Renaissance, il triomphe dans l’organisation industrielle au temps de Jules Verne.Ce livre nous invite, à travers une abondante littérature, peu connue ou inédite, à délaisser le mythe pour pénétrer dans l’histoire profuse et vivante des ingénieurs. Ouvrant l’espace de la technique, dans la société comme dans la connaissance, au confluent d’intérêts contraires et à la rencontre du savoir et du faire, de l’esprit et de la matière, les ingénieurs sont en quête d’un autre « Discours de la méthode ». Dès le XVIe siècle, ils s’appliquent à anticiper par le calcul les effets de leurs artifices, pour en augmenter les avantages. Soucieux d’instrumenter au plus juste les mathématiques, ils réfléchissent sur les vertus de la modélisation, de la normalisation de la science des systèmes et sont, à la fin du XVIIIe siècle, au coeur du débat sur les avantages et les inconvénients de l’industrialisation. »

Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

« La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française. »

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

« Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel. »

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Review: Race & Caste

« Peut-on comparer race et caste ?. Retour sur la sociologie de l’Inde de Louis Dumont », La Vie des idées, 18 janvier 2012

Review by Roland Lardinois

Kamala Visweswaran, Un/common Cultures. Racism and the Rearticulation of Cultural Difference, Durham, Duke University Press, 2010 ; New Delhi, Navayana, 2011

« L’œuvre de l’anthropologue Louis Dumont, qui aurait eu 100 ans le 1er août 2011, ne cesse d’être discutée. Dernier exemple, les critiques que lui adresse l’anthropologue américaine Kamala Visweswaran dans un livre qui revient sur l’usage dans les sciences sociales des notions de culture, de race et de caste. » 

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-comparer-race-et-caste.html

 


Review: Diversity and Change in Modern India

« Les mutations de la société indienne », La Vie des idées, 16 mars 2011

Review by Roland Lardinois

Antony F. Heath et Roger Jeffery (dir.), Diversity and Change in Modern India. Economic, Social and Political Approaches, The British Academy, Oxford University Press, 2010

« L’ouvrage édité par Antony Heath et Roger Jeffery offre une vue d’ensemble des transformations de la société indienne. Dominé par les contributions d’économistes et de politistes, il reflète l’état des sciences sociales en Inde, où la sociologie peine à se développer pleinement. »

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Les-mutations-de-la-societe.html

 

 

 

Book: Rule of Experts

Timothy Mitchell, Rule of Experts, Egypt, Techno-politics, Modernity, Berkeley and Los Angeles, UC Press, 2002

« Can one explain the power of global capitalism without attributing to capital a logic and coherence it does not have? Can one account for the powers of techno-science in terms that do not merely reproduce its own understanding of the world?

Rule of Experts examines these questions through a series of interrelated essays focused on Egypt in the twentieth century. These explore the way malaria, sugar cane, war, and nationalism interacted to produce the techno-politics of the modern Egyptian state; the forms of debt, discipline, and violence that founded the institution of private property; the methods of measurement, circulation, and exchange that produced the novel idea of a national « economy, » yet made its accurate representation impossible; the stereotypes and plagiarisms that created the scholarly image of the Egyptian peasant; and the interaction of social logics, horticultural imperatives, powers of desire, and political forces that turned programs of economic reform in unanticipated directions.

Mitchell is a widely known political theorist and one of the most innovative writers on the Middle East. He provides a rich examination of the forms of reason, power, and expertise that characterize contemporary politics. Together, these intellectually provocative essays will challenge a broad spectrum of readers to think harder, more critically, and more politically about history, power, and theory. »

Contents: 

« Introduction

I. Economies of Truth
1. Can the Mosquito Speak?
2. Principles True in Every Country
3. The Character of Calculability
II. Peasant Studies
4. The Invention and Reinvention of the Peasant
5. Nobody Listens to a Poor Man
6. Heritage and Violence
III. Fixing the Economy
7. The Object of Development
8. The Market’s Place
9. Dreamland

Notes
Select Bibliography »

Book Review: 

Michel Callon, « L’Égypte et les experts. Compte-rendu du Livre de Tim Mitchell, Rule of Experts », Gérer et comprendre, 86, Décembre 2006, p.83-97. URL: http://www.annales.org/gc/2006/gc86/egypte.pdf

 

 

Book: Engineers in Parliament

 Bruno Marnot, Les Ingénieurs au Parlement sous la IIIe République, Paris, CNRS Éditions, 2000

« Le Parlement de la Troisième République a compté, sur l’ensemble de la période, 280 ingénieurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration de la politique industrielle de la France. Qui étaient ces ingénieurs ? Quelles étaient leur formation, leur carrière professionnelle ou leur sensibilité politique ? Le dépouillement de nombreuses archives parlementaires montre que ces hommes ont pris part, de manière active et déterminante, à l’industrialisation de la France dans des domaines aussi divers que l’électricité, la modernisation agricole ou la politique pétrolière. Les rapports complexes entre Etat et industrie apparaissent clairement.  »

 

 

Book review: 

Muriel Le Roux, « Les ingénieurs au Parlement, sous la IIIe République », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 06 mars 2006. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/401


 

Review: Engineers in Portugal

Maria de Lurdes Rodrigues, Os engenheiros em Portugal,  Oeiras, Celta, 1999

Review by Charles Gadea

Assez proches du cas français, les ingénieurs sont considérés au Portugal comme une élite, à laquelle échoient des positions de pouvoir et de prestige bien au-delà des fonctions techniques des entreprises ou des services d’Etat. Cet ouvrage visite l’histoire des ingénieurs, distinguant quatre grandes étapes de la construction de la profession : la genèse de la profession au milieu du XIXe siècle, l’émergence des ingénieurs au sens moderne du terme avec la création de l’Instituto Superior Técnico en 1911 et celle de l’Ordre des ingénieurs en 1926, l’affirmation du rôle des ingénieurs dans la société portugaise de 1926 à la Deuxième Guerre mondiale, et le « temps des ingénieurs », la période qui court de la fin de la Deuxième Guerre mondiale à la  Révolution des œillets (1974) et qui voit les ingénieurs accéder à un rôle de premier plan dans la direction du développement technique et économique du pays. S’il consacre plusieurs chapitres à l’étude de la place des ingénieurs dans les organisations et dans la société portugaise contemporaine (en particulier du point de vue de la mobilité sociale), le livre de Maria de Lurdes Rodrigues ne manque pas pour autant de tracer un intéressant état de l’art recensant les principales recherches et les débats des années 1980. Il fait notamment ressortir les ambiguïtés de la situation des ingénieurs, qui ne correspond pas entièrement, dans beaucoup de pays, au modèle de la profession au sens anglo-américain, mais il a la sagesse de refuser de se noyer dans la discussion stérile qui consiste à vouloir déterminer si les ingénieurs constituent ou non une profession, et de se tourner plutôt vers l’examen des propriétés empiriques des ingénieurs portugais.

Review: Engineers in Argentina

Marta Panaia, Trayectorias de ingenieros tecnologicos, Madrid, Buenos Aires, Mino y Davila, 2006.

Reviewed by Charles Gadéa

Ce copieux ouvrage (712 pages) analyse les trajectoires d’insertion et les carrières d’ingénieurs diplômés et étudiants argentins issus des formations technologiques, un peu sur le modèle des enquêtes de cohorte du Céreq que l’auteure connaît grâce à l’expérience acquise lors d’un séjour au Laboratoire d’économie et sociologie du travail (LEST). Elle réalise ainsi un travail pionnier dans le contexte argentin, tentant de trouver réponse aux questions que posent la distinction des  facteurs individuels et collectifs dans la détermination des trajectoires d’insertion, les propriétés des cohortes, les effets de génération, les problèmes méthodologiques d’élaboration de typologies des parcours, etc. Son hypothèse de départ consiste à considérer que l’insertion des jeunes diplômés constitue à la fois un processus de passage de l’inactivité à l’activité et le résultat de ce processus. En tant que processus, elle doit être saisie à travers une approche longitudinale tenant compte des temporalités, et donc différent de la simple mesure du taux d’emploi à l’issue de la période d’insertion. Bien que ce processus soit individuel, il est possible d’étudier le parcours de groupes homogènes ou générations de diplômés, qui sont confrontés à des contextes et des problèmes d’insertion comparables dans la mesure où ils doivent faire face à des facteurs structurants issus du champ de la profession ou de la conjoncture économique.  La démarche empirique combine une approche qualitative  par entretiens biographiques inspirée de la grounded theory et une enquête par questionnaire auprès d’une population de diplômés de l’Université technologique nationale, d’élèves inscrits et d’étudiants ayant abandonné leur formation dans ce même établissement. Les résultats, forts riches, détaillent pour chacune de ces populations différentes dimensions d’analyse telles que le genre, les origines sociales, la spécialité de formation, l’effet des formations complémentaires, la durée des études… Ils conduisent à d’intéressantes réflexions sur la construction de la compétence des ingénieurs exposées dans la conclusion.

Book: Architects & Engineers

Antoine Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des lumières, Paris, Editions Parenthèses, 1988

« « Un bon architecte n’est point un homme ordinaire, puisqu’indépendamment des règles fondamentales de son art, il est important qu’il soit muni de la théorie de ceux qui y ont relation, tels que les mathématiques, la perspective, la sculpture, la peinture, l’art du jardinage, la coupe des pierres, la menuiserie, la charpenterie, etc. tout est de son ressort. Il lui est également essentiel d’être homme de lettres, d’avoir reçu une éducation cultivée, et d’être d’une probité à toute épreuve ; Vitruve exigeait même que nous eussions des connaissances de la philosophie, de la physique expérimentale, de la médecine et de la musique. Qu’on juge donc par là de l’importance de cette profession. » Jaques-François Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, 1754. »

« « Un sous-ingénieur doit avoir été doué d’un génie vaste et pénétrant, capable de découvrir les rapports, de saisir les objets les plus éloignés, d’atteindre les choses les plus abstraites, et d’en faire les applications les plus heureuses. Son esprit doit être cultivé pour soutenir par la force et la solidité de ses raisonnements, la profondeur et l’étendue de ses recherches : il doit avoir aussi reçu de la nature une âme sensible et patriotique pour hâter les projets qui lui paraîtront utiles à l’Etat et à ses compatriotes, et du goût pour distinguer les plus utiles et les moins dispendieux. » De Bourges, Dissertation d’élève de l’Ecole des ponts et chaussées, 1779. »

Book: Social Mobility among the Professions (India)

S. M. Dubey, Social mobility among the professions: study of the professions in a transitional Indian city, Bombay, Popular Prakashan, 1975

« This was a pioneering work on the sociology of professions in India based on a study of three hundred members of six professions (Free professionals : lawyers and medical doctors ; Salaried professionals : Civil and Railways officials, engineers and overseers, doctors (in service), university teachers, college teachers, bank managers ; Semi-professionals : journalists) from Gorakhpur, in Uttar Pradesh. The extent of mobility in three generations and its causes and consequences have been examined in terms of the major variables of occupation, education, income, caste and family.

In his analysis S. M. Dubey covers a wide range of topics, such as the theoretical framework of class, status, mobility and professions; the nature of the transitional city, the growth of professions and their social composition and nature of physical, educational, occupational and psychic mobility among the professions. The author has maintained a good balance between the stratification concepts and approaches that are fashionable among the Western sociologists and the unique forces and conditions that influence the structure of the Indian society.

At the final phase of the study, the author touches upon some of the basic issues of stratification. He believes that in their formulation, the functional and conflict theorists of stratification as well as the liberal democracies and communist societies have equally fragmented the ideas of equality which needs a careful treatment in its totality.

The members of the professions are modern elites of India; a study of their growth and mobility is, therefore, of the highest importance for understanding the direction of social change in India. »

S. M. Dubey was Professor and Head of the Department of Sociology and Centre for Sociological Study of the Frontier Region at the University of Dibrugarh. He was a product of the Department of Sociology, University of Lucknow. He had been previously lecturing to the Post Graduate students at the University of Gorakhpur since 1959. He was awarded the Doctorate by the University of Gorakhpur, in 1967, on his work ‘Social mobility among the professions in a city in Transition’ which was considered as the first major and systematic work on the Sociology of Mobility and Professions in India. The present book, is the revised version of his Ph.D. thesis. He joined the University of Dibrugarh in September 1968 and later on has been elected V. C. of the University.

Book: The Indian Flag

Arundhati Virmani, A National Flag for India, New Delhi, Permanent Black, 2008

“Unearthing the complex history of the making of the Indian national flag, Arundhati Virmani reveals cultural processes that imposed a set of values and sentiments on an incredibly diverse and scattered body of people. She shows that the Indian flag had strong roots in the ethos of colonialism. It was a major resource for the nationalist movement, a tool that allowed large social diversities to assert the compelling necessity for a new political culture with secular nationalism as the unifying pole. This viewpoint was contested by the Muslim League, the Sikhs, the Indian princes, and Hindu nationalists. So how, in the end, did the Indian flag come to fly as it does today? And how, in contrast, was the flag of Pakistan created?”

« The long and difficult elaboration of the Indian national flag, the diverse and sometimes contrary expectations that built up around this object during half a century with their stakes profoundly rooted in the social world: these essential aspects of the historian’s work are masterfully unravelled in this book. » Jacques Revel, Historian, EHESS, Paris

Book: Chinese Society

Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise, 1949-2009, Paris, Editions La Découverte (Repères 545), 2010

Work, social stratification, ethnic group, men-women relations, etc…all the aspects of Chinese society since 1949 are examined in this highly original work, that blends together the fields of history and sociology for a better understanding of Chinese society and how she arrived to such modernity – unique in its practical details ?”

“Avec plus d’un milliard trois cent trente millions d’habitants, la société chinoise fascine ou effraie. Depuis 1949, elle a connu l’arrivée des communistes au pouvoir, le maoïsme et l’ère des réformes à partir de Deng Xiaoping. À l’heure d’un libéralisme économique ouvertement capitaliste, elle vit une mutation socioéconomique accélérée, tandis qu’officiellement le régime politique reste une « dictature démocratique du peuple ».
Comment la Chine en est-elle arrivée à cette modernité ? Comment un régime autoritaire peut-il organiser et réguler l’ouverture économique et sociale ? Entre ruptures et continuités, la société chinoise est ici abordée sous de multiples angles : éducation, travail, santé, appartenance ethnique, migrations, rapports hommes-femmes, jeunesse, inégalités sociales, mouvements de contestation et de résistance.
La progression chronologique permet de se repérer dans les soixante années mouvementées qu’a traversées le peuple chinois ; les nombreux encadrés apportent des éclairages précis et des données récentes sur des aspects souvent méconnus de la société, au-delà des clichés sur la modernisation chinoise et ses acteurs à l’aube du XXIe siècle. »

Book: ICTs and Economic Development

Ashwani Saith and M. Vijayabaskar (eds), ICT and Indian Economic Development. Economy, Work, Regulation, New Delhi, Sage Publications, 2005

“This book evaluates the recent phenomenon of Information technology communication (ICT) development in India, and discusses such questions as: Can the growth be sustained? How far can an ICT revolution go towards modernising India’s economy? What could be the capacity of ICTs to induce rapid social transformation and change? Can India navigate all the pitfalls and hazards and retain its current comparative advantage in the field of ICT?

– Provide a systematic overview of the major developments and trends in the Indian ICT sector;

– Investigates the dynamism of the IT sector and whether it has contributed to wealth creation in any significant measure; and whether Bangalore, in its area of special strength-software-is a dynamic leader or merely a Silicon Valley follower;

– Assess the role of the State and of government policy, especially with regard to the opportunities for shaping the future of this sector;

– Explore the processes of the restructuring of work and employment in the wake of the IT revolution;

– Set the Indian experience in a wider context through a discussion of the Chinese experience, along with a comparative analysis of ICT clusters in the two countries.”