Review: Engineers in Portugal

Maria de Lurdes Rodrigues, Os engenheiros em Portugal,  Oeiras, Celta, 1999

Review by Charles Gadea

Assez proches du cas français, les ingénieurs sont considérés au Portugal comme une élite, à laquelle échoient des positions de pouvoir et de prestige bien au-delà des fonctions techniques des entreprises ou des services d’Etat. Cet ouvrage visite l’histoire des ingénieurs, distinguant quatre grandes étapes de la construction de la profession : la genèse de la profession au milieu du XIXe siècle, l’émergence des ingénieurs au sens moderne du terme avec la création de l’Instituto Superior Técnico en 1911 et celle de l’Ordre des ingénieurs en 1926, l’affirmation du rôle des ingénieurs dans la société portugaise de 1926 à la Deuxième Guerre mondiale, et le « temps des ingénieurs », la période qui court de la fin de la Deuxième Guerre mondiale à la  Révolution des œillets (1974) et qui voit les ingénieurs accéder à un rôle de premier plan dans la direction du développement technique et économique du pays. S’il consacre plusieurs chapitres à l’étude de la place des ingénieurs dans les organisations et dans la société portugaise contemporaine (en particulier du point de vue de la mobilité sociale), le livre de Maria de Lurdes Rodrigues ne manque pas pour autant de tracer un intéressant état de l’art recensant les principales recherches et les débats des années 1980. Il fait notamment ressortir les ambiguïtés de la situation des ingénieurs, qui ne correspond pas entièrement, dans beaucoup de pays, au modèle de la profession au sens anglo-américain, mais il a la sagesse de refuser de se noyer dans la discussion stérile qui consiste à vouloir déterminer si les ingénieurs constituent ou non une profession, et de se tourner plutôt vers l’examen des propriétés empiriques des ingénieurs portugais.