Review: Engineers in Argentina

Marta Panaia, Trayectorias de ingenieros tecnologicos, Madrid, Buenos Aires, Mino y Davila, 2006.

Reviewed by Charles Gadéa

Ce copieux ouvrage (712 pages) analyse les trajectoires d’insertion et les carrières d’ingénieurs diplômés et étudiants argentins issus des formations technologiques, un peu sur le modèle des enquêtes de cohorte du Céreq que l’auteure connaît grâce à l’expérience acquise lors d’un séjour au Laboratoire d’économie et sociologie du travail (LEST). Elle réalise ainsi un travail pionnier dans le contexte argentin, tentant de trouver réponse aux questions que posent la distinction des  facteurs individuels et collectifs dans la détermination des trajectoires d’insertion, les propriétés des cohortes, les effets de génération, les problèmes méthodologiques d’élaboration de typologies des parcours, etc. Son hypothèse de départ consiste à considérer que l’insertion des jeunes diplômés constitue à la fois un processus de passage de l’inactivité à l’activité et le résultat de ce processus. En tant que processus, elle doit être saisie à travers une approche longitudinale tenant compte des temporalités, et donc différent de la simple mesure du taux d’emploi à l’issue de la période d’insertion. Bien que ce processus soit individuel, il est possible d’étudier le parcours de groupes homogènes ou générations de diplômés, qui sont confrontés à des contextes et des problèmes d’insertion comparables dans la mesure où ils doivent faire face à des facteurs structurants issus du champ de la profession ou de la conjoncture économique.  La démarche empirique combine une approche qualitative  par entretiens biographiques inspirée de la grounded theory et une enquête par questionnaire auprès d’une population de diplômés de l’Université technologique nationale, d’élèves inscrits et d’étudiants ayant abandonné leur formation dans ce même établissement. Les résultats, forts riches, détaillent pour chacune de ces populations différentes dimensions d’analyse telles que le genre, les origines sociales, la spécialité de formation, l’effet des formations complémentaires, la durée des études… Ils conduisent à d’intéressantes réflexions sur la construction de la compétence des ingénieurs exposées dans la conclusion.