Review: Scholars and Prophets

« The Fascination for India », La Vie des idées, 11 March 2013

Review by Jules Naudet (Translated by Rohini Rangachari)

Roland Lardinois, Scholars and Prophets. Sociology of India from France 19th-20th Centuries. New Delhi: Social Science Press, 2013

« Since the 18th century, India has been portrayed in contradictory ways. While scholarly knowledge is based on the philological study of texts, literary Orientalism expresses its fascination for a society well-known to preserve the values of order and hierarchy. For Roland Lardinois the anthropology of Louis Dumont illustrates the ambiguity of these discourses. »

Continued: http://www.booksandideas.net/The-Fascination-for-India.html?lang=fr

 

Publication: Scholars and Prophets

Roland Lardinois, Scholars and Prophets. Sociology of India from France 19th-20th centuries. New Delhi: Social Science Press, 2013

« Scholars and ProphetsSociology of India from France 19th – 20th centuries is being translated from L’invention de I’ Inde. Entre ésotérisme et science, and deals with the historical genesis of the long and rich scholarship on India in France since the beginning of 19thcentury, with particular reference to the work of Louis Dumont. It considers the works of scholars and the essayists, poets, or esotericists who published on India and shows that Dumont has been influenced by both groups. This understanding illuminates the main criticism that is still addressed to Homo hierarchicus, that in this book Dumont mistook the internal Brahminical view point on the caste system for a sociological view. In the last chapter, the book contrasts Dumont’s work with issues raised by McKim Marriott’s project and the Subaltern Studies from India. It defends that the core issue dealt with by all scholars is the epistemic status given to scientific knowledge of Indian society. In the course of explaining the French intellectual tradition, the author relates many fascinating interactions and little known anecdotes of famous men and women which capture the intellectually vibrant climate of the time. Both scholars and students of the social sciences will find this book very useful. »

Contents:

Introduction: Genesis of the sociology of India
Prologue: René Daumal and the autofiction of the cultural field
Part One
The Genesis of a Savant Milieu (1795-1927)
Chapter 1. The struggle for academic legitimacy
Chapter 2. Orientalist knowledge and prophetic discourses
Chapter 3. The Struggle for institutional autonomy
Part Two
Scholars and Prophets (The interwar period)
Chapter 4. The field of scholarship on India in the 1930s
Chapter 5. Scholarly practices
Chapter 6. Prophetic strategies
Chapter 7. Hinduism as a disciplinary issue
Part Three
Social Science and Indigenous Science
(Second half of the 20th century)
Chapter 8. Louis Dumont and the indigenous science
Chapter 9. Louis Dumont and the cunning of reason
Chapter 10. The Avatara of scholarship on India
Conclusion. Sociology put to the test of India
Postscript. Note on the construction of a research subject
Appendix: Multi Correspondence Analysis
Postface to the English-language edition
List of documents, tables, figures
Sources and bibliography
Index
Acknowledgments

Reviews:

Jules Naudet, « The Fascination for India », La Vie des idées, 11 March 2013. Available online.

Rosane Rocher, « New Perspectives on the History of Indian Studies in Continental Europe », Journal of the American Oriental Society, Vol. 129, N.4, Oct.Dec. 2009. Available online.

François Leclercq, « Roland Lardinois, L’invention de l’Inde: Entre ésotérisme et science », South Asia Multidisciplinary Academic Journal, January 2010. Available online.

Gisèle Sapiro, « Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science« , TRANSEO, Ausgabe 01 – January 2009. Available online.

Book: Social Mobility

Jules Naudet, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux Etats-Unis et en Inde. Paris: PUF, 2012

« Cet ouvrage analyse la manière dont des personnes originaires de milieux modestes et ayant accédé aux positions les plus prestigieuses du secteur privé, de la haute fonction publique et de l’université, parviennent à s’ajuster à leur nouveau statut social. Réussissent-elles à se « convertir » à leur nouveau groupe ? Cherchent-elles à conserver des liens forts avec leur milieu d’origine?? Comment gèrent-elles la contradiction de cette double appartenance ? Jules Naudet répond à ces questions en s’appuyant sur une enquête menée en France, en Inde et aux États-Unis, où il a recueilli près de 160 récits de vie de personnes ayant connu une ascension sociale exceptionnellement forte. Tandis que les Indiens témoignent avant tout d’un attachement profond à leur milieu d’origine, les Américains minimisent le contraste, donnant l’impression que la réussite « va de soi ». Enfin, les Français opposent deux mondes profondément différents, voire irréconciliables. Pour mener à bien l’analyse de ce riche matériau empirique, Jules Naudet propose un renouvellement de la problématique de la mobilité sociale et des outils théoriques traditionnellement mobilisés par les chercheurs travaillant sur cette question. »

 See Also:

Jules Naudet, « Castes, untouchability and social success in India », Books & Ideas, 18 March 2010. Available online.

Jules Naudet, « Paying Back to Society. Upward Social Mobility among Dalits. », Contributions to Indian Sociology, Vol. 42, n°3, Oct. 2008

S. M. Dubey, Social mobility among the professions: study of the professions in a transitional Indian city, Bombay, Popular Prakashan, 1975.

Rajeshwari Desphande, Suhas Palshikar, « Occupational Mobility: How much does caste matter? », Economic and Political Weekly, vol. 43, n°34, 2008

C. Rajagopalan, Jaspal Singh, « The Indian Institutes of Technology: Do They Contribute to Social Mobility? », Economic and Political Weekly, Vol. 3, N°14, 1968

Book: History of Technical Intelligence

Hélène Verin, La Gloire des Ingénieurs: l’Intelligence Technique du XVIe au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993

« Bâtisseur du progrès ou homme d’artifices, l’ingénieur est une figure centrale du mythe de la modernité. Héraut du génie à la Renaissance, il triomphe dans l’organisation industrielle au temps de Jules Verne.Ce livre nous invite, à travers une abondante littérature, peu connue ou inédite, à délaisser le mythe pour pénétrer dans l’histoire profuse et vivante des ingénieurs. Ouvrant l’espace de la technique, dans la société comme dans la connaissance, au confluent d’intérêts contraires et à la rencontre du savoir et du faire, de l’esprit et de la matière, les ingénieurs sont en quête d’un autre « Discours de la méthode ». Dès le XVIe siècle, ils s’appliquent à anticiper par le calcul les effets de leurs artifices, pour en augmenter les avantages. Soucieux d’instrumenter au plus juste les mathématiques, ils réfléchissent sur les vertus de la modélisation, de la normalisation de la science des systèmes et sont, à la fin du XVIIIe siècle, au coeur du débat sur les avantages et les inconvénients de l’industrialisation. »

Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

« La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française. »

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

« Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel. »

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Book: Engineers in Parliament

 Bruno Marnot, Les Ingénieurs au Parlement sous la IIIe République, Paris, CNRS Éditions, 2000

« Le Parlement de la Troisième République a compté, sur l’ensemble de la période, 280 ingénieurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration de la politique industrielle de la France. Qui étaient ces ingénieurs ? Quelles étaient leur formation, leur carrière professionnelle ou leur sensibilité politique ? Le dépouillement de nombreuses archives parlementaires montre que ces hommes ont pris part, de manière active et déterminante, à l’industrialisation de la France dans des domaines aussi divers que l’électricité, la modernisation agricole ou la politique pétrolière. Les rapports complexes entre Etat et industrie apparaissent clairement.  »

 

 

Book review: 

Muriel Le Roux, « Les ingénieurs au Parlement, sous la IIIe République », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 06 mars 2006. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/401


 

Book: Architects & Engineers

Antoine Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des lumières, Paris, Editions Parenthèses, 1988

« « Un bon architecte n’est point un homme ordinaire, puisqu’indépendamment des règles fondamentales de son art, il est important qu’il soit muni de la théorie de ceux qui y ont relation, tels que les mathématiques, la perspective, la sculpture, la peinture, l’art du jardinage, la coupe des pierres, la menuiserie, la charpenterie, etc. tout est de son ressort. Il lui est également essentiel d’être homme de lettres, d’avoir reçu une éducation cultivée, et d’être d’une probité à toute épreuve ; Vitruve exigeait même que nous eussions des connaissances de la philosophie, de la physique expérimentale, de la médecine et de la musique. Qu’on juge donc par là de l’importance de cette profession. » Jaques-François Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, 1754. »

« « Un sous-ingénieur doit avoir été doué d’un génie vaste et pénétrant, capable de découvrir les rapports, de saisir les objets les plus éloignés, d’atteindre les choses les plus abstraites, et d’en faire les applications les plus heureuses. Son esprit doit être cultivé pour soutenir par la force et la solidité de ses raisonnements, la profondeur et l’étendue de ses recherches : il doit avoir aussi reçu de la nature une âme sensible et patriotique pour hâter les projets qui lui paraîtront utiles à l’Etat et à ses compatriotes, et du goût pour distinguer les plus utiles et les moins dispendieux. » De Bourges, Dissertation d’élève de l’Ecole des ponts et chaussées, 1779. »

Review: Engineering Labour

Peter Meiksins and Chris Smith (eds), Engineering labour. Technical workers in comparative perspective. London, New-York: Verso, 1996.

Review by Charles Gadéa

This collective book is based on six case studies of engineers in Britain, Germany, France, USA, Sweden and Japan. It shows the importance of national differences in the training and the organization of engineering labour. In the two last chapters, Peter Meiksins and Chris Smith address the common issues that emerge from the case studies. They consider that the engineers play an ambiguous role within the enterprise as intermediate workers, engaging in complex and contradictory relationships with both employers and manual workers. These tensions, combined with local specificities, explain national configurations. Yet, at the same time, the authors stress that “there is not an infinite variety of ways of producing engineers. ”

“We know that there are underlying structural realities, but their effects are mediated in complex ways. We know institutional formation varies, but not infinitely. We know that the agencies involved in formation – the state, capital, labour, occupational associations- are common to all the societies, yet organized differently.” (p. 236)

Thus, the main question is how can we synthesize these variations into a limited number of models. According to Meiksins and Smith there are four main models which describe the ways of producing engineering workforce and define the social position of engineers. The first model is the craft model, in which engineers and technical workers are skilled workers at the top of the hierarchy of industrial workers: “the ‘engineer’ is constituted not by the possession of credentials, but by the laborious acquisition of practical experience” (p. 238). The second one, the managerial model, defines engineers as part of the managerial people and quite often they are trained in formal educational institutions that teach universal skills that can be easily transferred and adapted to different situations. In the third case, the “estate organization” is characterized by a stratified hierarchy of technical occupations, with formal school trained and rather elitist professionals on the one hand, but also a variety of other technical workers with claims to be recognized as engineers, on the other hand. The fourth and last model, the “company centred” model, is degree-based; the engineers are trained at the university, but the new staff are recruited by and promoted into the company; people are encouraged to show a sense of solidarity with the firm viewed as a whole rather than develop strong occupational identities and professional associations.

Book: The Engineers and the Great Depression

André Grelon (ed.), Les Ingénieurs de la Crise. Titre et Profession entre les deux guerres., Paris, Editions de  l’EHESS, 1984

« L’entre-deux-guerres a été pour les ingénieurs une période d’une très grande importance. A cette époque, leurs conditions de travail se modifient, leurs rôles dans les entreprises se transforment, leur position dans la société est en pleine évolution. La grande crise des années trente agit à cet effet comme un révélateur : les ingénieurs prennent conscience qu’ils sont menacés à la fois de l’intérieur parce qu’ils forment un groupe de plus en plus hétérogène et de l’extérieur par les risques de déqualification professionnelle et de déclassement social. Ils sont donc amenés à se défendre en cherchant à obtenir un statut qui définisse une qualité intrinsèque de l’ingénieur : ce sera la bataille pour la protection du titre d’ingénieur. Cet épisode revêt une grande signification dans leur longue histoire, car c’est sur la base des acquis des années trente que s’est construit l’ingénieur contemporain. Ce livre relate pour la première fois la lutte de ce groupe socio-professionnel pour préserver et renforcer son identité : il analyse les raisons de ce mouvement et en décrit les modalités. Il montre aussi que les problèmes auxquels ont été confrontés les ingénieurs français étaient communs à ceux de toute l’Europe : il jette ainsi les basés d’une histoire européenne des ingénieurs. »

 

Book: Engineers and Middle Classes in France

Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, et Sophie Porchic, Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? Paris, Armand Colin, 2011.
« « Banalisation  des cadres », « stress au travail », « panne de l’ascenseur social », « crise des classes moyennes » : les anxiétés sociales se focalisent sur ce vaste ensemble dans lequel une majorité de la population tend désormais à se reconnaître. Dans quelle mesure sont-elles fondées ? Reflet de tendances lourdes ou emballement  médiatique, voire rhétoriques politiques ? Une quarantaine de sociologues et de spécialistes en sciences de gestion apportent une réponse nuancée.  

Multipliant les angles d’observation, combinant de grandes enquêtes quantitatives et des enquêtes localisées, faisant place à l’étude de catégories de salariés proches des cadres, donnant une large place aux différences liées au genre et aux générations, l’ouvrage sonde l’évolution des frontières entre cadres et non cadres. Il analyse les carrières, le rapport au travail et les conditions de travail des cadres, mais aussi leur mode de vie, leurs pratiques culturelles et leurs comportements politiques. Cadres non dirigeants et professions intermédiaires, cœur des classes moyennes salariées, apparaissent à la fois éloignés sur de multiples plans et néanmoins réunis par nombre de passerelles.
Bilan des recherches empiriques et contribution au renouvellement du débat théorique sur la notion de classes moyennes, il plaide pour une analyse nuancée qui prend en compte les diverses facettes du devenir de ce monde social inscrit au cœur de la société française. « 

Contributors: T. Amossé, S. Bosc, V. Boussard, C. Brousse, M. Cartier, J. Chiche, Ph. Coulangeon, O. Cousin, I. Coutant, L. Coutrot, Y. Dalla Pria, F. Dany, F. Darbus, C. Delmas, F. Devine, S. Ghaffari, A. Grelon, G. Groux, C. Guillaume, M. Guyonvarch, N. Lapeyre, J. Laufer, G. Lazuech, N. Le Feuvre, N. Leroux, O. Masclet, F. Mispelblom Beyer, P. Moulévrier, M. Oberti, F. Palpacuer, A. Pélage, C. Peugny, T. Poullaouec, E. Préteceille, J. Rhulmann, A. Seignour, Y. Siblot, L.-A. Vallet, C. Vercher, N. Vezinat, L. Wolff.

Book Review (in French) : http://www.liens-socio.org/Cadres-classes-moyennes-vers-l