Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

« La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française. »

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

« Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel. »

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Book: Architects & Engineers

Antoine Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des lumières, Paris, Editions Parenthèses, 1988

« « Un bon architecte n’est point un homme ordinaire, puisqu’indépendamment des règles fondamentales de son art, il est important qu’il soit muni de la théorie de ceux qui y ont relation, tels que les mathématiques, la perspective, la sculpture, la peinture, l’art du jardinage, la coupe des pierres, la menuiserie, la charpenterie, etc. tout est de son ressort. Il lui est également essentiel d’être homme de lettres, d’avoir reçu une éducation cultivée, et d’être d’une probité à toute épreuve ; Vitruve exigeait même que nous eussions des connaissances de la philosophie, de la physique expérimentale, de la médecine et de la musique. Qu’on juge donc par là de l’importance de cette profession. » Jaques-François Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’architecture, 1754. »

« « Un sous-ingénieur doit avoir été doué d’un génie vaste et pénétrant, capable de découvrir les rapports, de saisir les objets les plus éloignés, d’atteindre les choses les plus abstraites, et d’en faire les applications les plus heureuses. Son esprit doit être cultivé pour soutenir par la force et la solidité de ses raisonnements, la profondeur et l’étendue de ses recherches : il doit avoir aussi reçu de la nature une âme sensible et patriotique pour hâter les projets qui lui paraîtront utiles à l’Etat et à ses compatriotes, et du goût pour distinguer les plus utiles et les moins dispendieux. » De Bourges, Dissertation d’élève de l’Ecole des ponts et chaussées, 1779. »

Review: Ashgar Ali Engineer’s Autobiography

An Engineer and a Reformist: The Autobiography of Asghar Ali Engineer

Review by Zarin Ahmad

A Living Faith: My Quest for Peace Harmony and Social Change, New Delhi, Orient BlackSwan, 2011

Most people in India are familiar with the name Asghar Ali Engineer – a reformist, writer and activist based in Mumbai. He is well known in South Asia and beyond for his work on or rather against communal violence in India and his revolutionary activism against the Dawoodi Bohra (a Shia sect) clergy. Engineer has authored more than fifty books and written innumerable articles in books, journals and newspapers and been at the forefront of civil society movements.

However not many of us are aware of the fact that Asghar Ali is an engineer by training. He graduated in civil engineering from Vikram University, Ujjain, Madhya Pradesh and has worked with the Bombay Municipal Corporation for nearly twenty years. Asghar Ali remained active and interested in various social issues while working as an engineer. In 1981 he took leave for two years to work on an ICSSR project on Indian Muslims in the post-independence period and finally took voluntary retirement in 1983.

During his engagement with writing and activism, Asghar Ali Sheikh Kurban or Asghar Ali SK as he was then called, changed his name to Asghar Ali Engineer. He was writing an article for the Times of India on the evolution of Shariah law in 1965. He felt that the name Asghar Ali SK, did not sound good. His friend Zoeb Ansari suggested that he could take his professional name. It is common in India especially among Parsis (Zoroastrians) and Bohra Muslims to have a family name based on one’s occupation (Bandukwala or one who deals in guns, Mithaiwala or one who deals in sweets, Vakil or lawyer, Contractor,) or on the village name (Sidpurwala, Partapurwala). Going by this trend, Asghar Ali SK chose his professional name and not his village name which would have been Mandsaurwala. He penned his article in the Times of India under the name Asghar Ali Engineer –the name stayed.

The present book surveys his journey as the son of a teacher from a small town – Mandsaur, Madhya Pradesh in the 1940s to a reformer and activist in Bombay (Mumbai) from the 1970s to the present. In doing so, Engineer addresses key issues in understanding Indian politics and society specifically the contours of communal politics in India and Maharashtra; Islamic Shariat and women’s rights and the politics and workings of the Bohra Muslim clergy. The latter is extremely valuable for those working on the Sociology of Muslims in India for two reasons. One, there is not enough literature on Muslim communities particularly so for Shia Muslims. Two, being a part of the Bohra community, Engineer has a deeper insight and access to the subject. The book also provides interesting vignettes on the experience of a civil engineer in Bombay from 1963 to 1981. This aspect however could have been discussed in a little more detail.