Publication: Professional Groups

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (eds.)Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations, Paris, Octarès Editions, 2012

« Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes. »

See Also:

Didier Demazière and Charles Gadéa,  Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte « Recherches », 2010. Available here.

 

 

 

Books: Indian Institutes of Technology

Shashi K. Gulhati, The IITs: Slumping or Soaring, New Delhi, Macmillan, 2006

« Many parents dream that their child will go to study at an Indian Institute of Technology (IIT) and thereafter be a great success. IITs and success are viewed as synonymous because IIT alumni have amply established this link. Will the IITs continue to graduate winners? Can we expect more – will they generate knowledge to make India a leader in the new knowledge economy? Or, have the IITs enjoyed their day of glory and are now slumping? If so, can we arrest the slump and get them soaring? The IIT system is under massive strain: its autonomy is being eroded, its physical infrastructure is wearing thin; laboratories are getting out-dated; faculty is depleting; and the competition for admission is pushing aspirants into an unhealthy grind. IITs fortunately have a major strength in their alumni – they want to see their alma mater excel. The book considers each threat and suggests the way forward. It calls for major changes in how to select students, attract the best to join as faculty and, most important, proposes a new governance system with diminished role for Government and an enhanced one for the alumni. The time to chart out a new course is now! The advantage to be reaped is enormous!! The nation cannot afford to let the IITs slump!!! »

See Also:

Rohit Manchanda, Monastery, Sanctuary, Laboratory: 50 years of IIT Bombay, New Delhi, Macmillan Publishers India, 2008

E.C.Subbarao, An Eye for Excellence. Fifty Innovative Years of IIT Kanpur, New Delhi, Harper Collins, 2008

Sandipan Deb, The IITians: The Story of a remarkable Indian Institution and How its Alumni are Reshaping the World, New Delhi, Viking Penguin India, 2003

Rangan Banerjee and Vinayak P. Muley, Engineering Education in India, Bombay, IIT Bombay, 2008. Available here.

Narayana Jayaram, « Toward World-Class Status? The IIT System and IIT-Bombay », in Philip G. Altbach and Jalmi Salmi (eds), The Road to Academic Excellence. The making of World-Class Research Universities. Washington, The World Bank, 2011. Available here.

Roli Varma, and Deepak Kapur, « Access, Satisfaction, and Future: Undergraduate Education at the Indian Institutes of Technology », Higher Education 59: 703-717, 2010. Available here.

Ross Bassett, « Aligning India in the Cold War Era: Indian Technical Elites, the Indian Institute of Technology at Kanpur, and Computing in India and the United States ». Technology and Culture 50: 783-810, 2009. Available here.

Books: M Visvesvaraya

Dilip M Salwi, M Visvesvaraya: Engineer & Nation Builder, New Delhi, Rupa Publisher, 2003

« Today, there are few engineers who can match the vision, administrative capability and patriotic zeal of M. Visvesvaraya. He was not only a pioneer civil engineer whose painstaking efforts led to the modernisation of independent India but was also a social revolutionary who set rolling several programmes for the propagation of technical education, women’s education and family planning which are in progress even today. »

 

See Also:

M Visvesvaraya, Reconstructing India, London, P.S.King & Son, 1920. Available here.

M Visvesvaraya, Nation Building, Bangalore, The Bangalore Press, 1937. Available here.

M Visvesvaraya, Memoirs of my working life, Bangalore, Visvesvaraya, 1951. Excerpts (Chapter IV: Work as Chief Engineer, Mysore) available here.

Dhruv Raina, « Visvesvaraya as an Engineer-Sociologist and the evolution of his techno-economic vision », NIAS Lecture 1, 2001

Chandan Gowda, « Visvesvaraya, an Engineer of Modernity », The Hindu, September 15, 2010. Available here.

Books: Homi J. Bhabha

Indira Chowdhury, Ananya Dasgupta, A Masterful Spirit: Homi J. Bhabha, New Delhi, Penguin Books India, 2010

« Scientist, citizen, artist—the Renaissance man of India Homi Jehangir Bhabha, one of India’s outstanding scientists, shouldered the beginnings of India’s nuclear programme. He was the first chairman of India’s Atomic Energy Commission, and the builder of two of India’s most significant scientific institutions—the Tata Institute of Fundamental Research and the Atomic Energy Establishment, renamed Bhabha Atomic Research Centre in 1966. A Masterful Spirit presents the life and achievements of the man through previously unpublished letters, and photographs and paintings, and the recollections of his family, friends, colleagues and students. Designed to convey the flavour of Bhabha’s life and times, this book tells the inspiring story of a man whom Sir C.V. Raman described as ‘the modern equivalent of Leonardo da Vinci’. It acquaints us with the many facets of Bhabha’s personality: physicist, institution-builder, concerned citizen, artist, connoisseur of the arts, designer of gardens and, above all, a charismatic and compassionate human being. »

Book Review:

Atri Mukhopadhyay, « A Masterful Spirit: Homi J. Bhabha », Science and Culture, July-August 2011. Available here.

 

R.K. Shyamasundar, M.A.Pai, Homi Bhabha and the Computer Revolution, New Delhi, Oxford University Press, 2011

« In February 1960, India’s first full-scale digital computer—the Tata Institute of Fundamental Research Automatic Calculator (TIFRAC)—was launched largely due to the efforts of Homi Jehangir Bhabha (1909–1966). Paying tribute to the remarkable vision of Bhabha, this book looks at India’s past, present, and future in global IT and telecommunications. Tracing the country’s growth trajectory from Bhabha’s time, N.R. Narayana Murthy, Nandan Nilekani, Sam Pitroda, F.C. Kohli, and M.G.K. Menon among several leading scientists, policymakers, and industry leaders address indigenous efforts in telecom revolution and how computer and IT can bring about positive changes in our lives. From computerization of services and e-governance to the computer’s impact on biotechnology, IT for power infrastructure, and transport—the essays address wide-ranging issues of tremendous topical relevance. Setting the tone of the volume, the Introduction looks at the contribution of Bhabha and Tata Institute of Fundamental Research (TIFR) to the computer revolution in its nascent stages, and later, when India gained prominence as a global player. With a Foreword by Ratan N. Tata highlighting the country’s journey towards self-reliance in IT and telecom, this volume will appeal to students and teachers of computer science and telecommunications, IT and telecom industry professionals, policymakers, and anybody interested to know more about the India story. »

 

See Also: 

Itty Abraham, The Making of the Indian Atomic Bomb. Science, Secrecy and the Postcolonial State, London & New York, Zed Books, 1998

Richa Malhotra, B.V. Sreekantan, « Homi Jehangir Bhabha: A Visionary », Resonance, May 2010. Available here.

G. Venkataraman, Bhabha and his magnificient obsessions (Vignettes in Physics), New Delhi, Sangam Books, 1994

Books: Engineers Abroad

Devesh Kapur, Diaspora, Development, and Democracy: The Domestic Impact of International Migration from India, Princeton: NJ, Princeton University Press, 2010

 » What happens to a country when its skilled workers emigrate? The first book to examine the complex economic, social, and political effects of emigration on India, Diaspora, Development, and Democracy provides a conceptual framework for understanding the repercussions of international migration on migrants’ home countries.

Devesh Kapur finds that migration has influenced India far beyond a simplistic « brain drain »–migration’s impact greatly depends on who leaves and why. The book offers new methods and empirical evidence for measuring these traits and shows how data about these characteristics link to specific outcomes. For instance, the positive selection of Indian migrants through education has strengthened India’s democracy by creating a political space for previously excluded social groups. Because older Indian elites have an exit option, they are less likely to resist the loss of political power at home. Education and training abroad has played an important role in facilitating the flow of expertise to India, integrating the country into the world economy, positively shaping how India is perceived, and changing traditional conceptions of citizenship. The book highlights a paradox–while international migration is a cause and consequence of globalization, its effects on countries of origin depend largely on factors internal to those countries.

A rich portrait of the Indian migrant community, Diaspora, Development, and Democracy explores the complex political and economic consequences of migration for the countries migrants leave behind. »

Devesh Kapur is associate professor of political science and holds the Madan Lal Sobti Professorship for the Study of Contemporary India at the University of Pennsylvania.

 

Xiang Biao, Global « Body Shopping »: An Indian Labor System in the Information Technology Industry, Princeton: NJPrinceton University Press, 2006

« How can America’s information technology (IT) industry predict serious labor shortages while at the same time laying off tens of thousands of employees annually? The answer is the industry’s flexible labor management system–a flexibility widely regarded as the modus operandi of global capitalism today. Global « Body Shopping » explores how flexibility and uncertainty in the IT labor market are constructed and sustained through concrete human actions.

Drawing on in-depth field research in southern India and in Australia, and folding an ethnography into a political economy examination, Xiang Biao offers a richly detailed analysis of the India-based global labor management practice known as « body shopping. » In this practice, a group of consultants–body shops–in different countries works together to recruit IT workers. Body shops then farm out workers to clients as project-based labor; and upon a project’s completion they either place the workers with a different client or « bench » them to await the next placement. Thus, labor is managed globally to serve volatile capital movement.

Underpinning this practice are unequal socioeconomic relations on multiple levels. While wealth in the New Economy is created in an increasingly abstract manner, everyday realities–stock markets in New York, benched IT workers in Sydney, dowries in Hyderabad, and women and children in Indian villages–sustain this flexibility. »

 

Binod Khadria, The Migration of Knowledge Workers. Second-Generation Effects of India’s Brain Drain, New Delhi, Sage Publications, 1999

« This book encourages strategies for turning the « brain drain » of educated professionals to India’s advantage.

Binod Khadria argues that « first generation » losses of human resources from India can be compensated by making use of the finance, technology and manpower of Indian expatriates. In this way, the long-term average productivity of workers at home can be raised helping make good gross domestic product losses — the « second generation » effects of brain drain. »

 

 

 

 

 See Also:

Binod Khadria, Migration of Highly Skilled Indians: Case Studies of IT and Health Professionals. STI Working Papers 6, April. Paris, OECD, 2004. Available here

Roli Varma, Harbingers of Global Change. India’s Techno-Immigrants, Maryland, Lexington Books, 2006

Publication: Consulting Engineers

 Odile Henry, Les guérisseurs de l’économie. Socio-genèse du métier de consultant (1900-1944), Paris, CNRS Éditions, 2012

« Véritables « médecins des affaires », les ingénieurs-conseils évaluent l’état de santé d’entreprises privées comme d’institutions publiques, et proposent des « thérapies » visant à corriger les dysfonctionnements constatés. Mais derrière leur prétention scientifique à l’objectivité, ces diagnostics et remèdes sont autant d’affirmations normatives sur le monde économique. Mis en oeuvre par les dirigeants, ils deviennent même constitutifs des réalités sociales.

À travers une histoire structurale de la profession de consultant et une analyse de l’émergence du management, Odile Henry nous emmène donc au coeur de l’incessant processus de production symbolique et idéologique de l’ordre social.

Placée, dès le début du xxe siècle, au centre de rivalités entre État et domaine civil, imprégnée de saint-simonisme, nourrie des apports conflictuels du taylorisme et de la doctrine administrative, la profession est l’objet d’âpres luttes d’influence. Elle trouve ensuite, dans le régime de Vichy et son nouvel ordre juridique, un « nouvel espace des possibles », éclairant le rôle décisif de l’État dans la constitution de son autorité.

Un grand ouvrage de sociologie historique. »

Book review:

Marc Mousli, « Les guérisseurs de l’économie. Ingénieurs-conseils en quête de pouvoir »Alternatives Économiques, n°319, 2012

 

Publication: The General Review of Public Policies in France

Odile Henry, Frédéric Pierru (ed.), « Le conseil de l’État (2) – Le « moment RGPP » », Actes de la Recherche en sciences sociales, n°194, Septembre 2012

Contents :

Les sommets très privés de l’État
Le « Club des acteurs de la modernisation » et l’hybridation des élites
Julie Gervais

« On n’y comprend rien »
Des salariés européens face à l’action des cabinets de conseil dans la réforme de l’audiovisuel public
Pierre-Emmanuel Sorignet

Le mandarin, le gestionnaire et le consultant
Le tournant néolibéral de la politique hospitalière
Frédéric Pierru

Les syndicats et l’expertise en risques psychosociaux
Note de recherche sur les années noires du management à France Télécom Orange
Odile Henry

Les comptes des générations
Les valeurs du futur et la transformation de l’État social
Yann Le Lann et Benjamin Lemoine

Hors thème :

Transformations morphologiques et mobilisations disciplinaires
Les enseignants et étudiants de l’Institut d’anglais de la Sorbonne en 1968
Christophe Gaubert et Marie-Pierre Pouly

Online version available here

Publication: Private Expertise and the State

Odile Henry, Frédéric Pierru (ed.), « Le conseil de l’État (1) – Expertise Privée et Réformes des Services Publics », Actes de la Recherche en sciences sociales, n°193, Juin 2012

Contents:

Les consultants et la réforme des services publics
Odile Henry et Frédéric Pierru

Etat, experts et savoirs néo-managériaux
Les producteurs et diffuseurs du New Public Management en France depuis les années 1970
Philippe Bezes

Un entrepreneur de réforme de l’Etat : Henri Fayol (1841-1925)
Odile Henry

Du grand soir au clair obscur
Expertise économique et privatisation bureaucratique de l’assurance maladie
Daniel Benamouzig

Du militant au manager
La trajectoire d’un syndicaliste au sein d’une entreprise publique
Sylvain Thine

Expertise, politiques publiques et économie créative : le cas britanique
Philip Schlesinger

Hors thèmes :

L’économie symbolique du capital social: Notes pour un programme de recherche
Bruno Cousin et Sébastien Chauvin

 Online version avaialable here

Book: Engineers in the Maghreb

Eric Gobe (ed.), L’ingénieur moderne au Maghreb: XIXe – XXe siècles, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004

« Au Maghreb, la figure de l’ingénieur moderne est née dans la première moitié du XIXe siècle. Les souverains tunisiens d’abord et marocains ensuite ont fait appel à des experts étrangers pour mettre en place les réformes administratives et techniques qui devaient leur permettre de rivaliser avec l’Europe conquérante. Mais au bout du compte, ces efforts de modernisation se sont révélés insuffisants pour empêcher la France coloniale de prendre pied au Maghreb. La colonisation va constituer un frein à l’industrialisation des pays conquis et donc à l’accroissement du nombre d’ingénieurs. Au fondement du pacte colonial, on trouve l’idée qu’il est indispensable de ne pas créer de concurrence aux industries françaises et que les colonies doivent se spécialiser dans la production de denrées agricoles destinées à la métropole. Les quelques ingénieurs  » indigènes  » voient leur possibilité de carrière réduite au profit des ingénieurs coloniaux issus de la métropole. Avec les indépendances, les problématiques changent. Il s’agit désormais pour les pays nouvellement indépendants de remplacer les ingénieurs français par des cadres techniques nationaux et de mener un développement industriel planifié par un Etat qui va rapidement devenir le premier employeur des ingénieurs. À partir des années 1980, la majorité des économies arabes entre dans un cycle nouveau. La figure dominante de l’ingénieur d ‘Etat entre en crise alors que les pays du Maghreb mettent en place des programmes d’ajustement structurel. Aujourd’hui, la libéralisation de l’économie modifie les pratiques professionnelles et entraîne de nouvelles segmentations dans la profession. »

See also:

Elisabeth Longuenesse (ed.), Bâtisseurs et bureaucrates, Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen, coll. Etudes sur le Monde Arabe, n°4, 1990

Book : The Engineers and the Price System

Thorstein Veblen, The Engineers and the Price System (With a New Introduction by Daniel Bell), New York, Harcourt, Brace & World, 1963.

« In his The Engineers and the Price System, originally published in 1921, Veblen observes that World War One demanded industrial innovations, and he was among the first to predict the need for changes in managerial structure. Veblen saw that industrial output was more dependent upon technocrats-managers and capital innovators-than financiers. In The Engineers and the Price System, Veblen applies economic theory to modern industrial society. He demonstrates that revolutionary change can be advanced by managers and engineers upon whose « brains and skills » the state of industrial arts depends.During the « red scare » when federal agents arrested radical suspects and deported anarchists, Veblen wrote: « Men, who make up the general staff of the industrial system have not drawn together into anything like a self-directed working force. » He denied the possibility of a Bolshevik revolution in the United States, predicting that, given the means, the managerial class would invigorate American economic growth. In his uniquely comprehensive introduction, Daniel Bell discusses the associations and attitudes that mark Veblen as the prophetic outsider he remained most of his life ».

The First Edition of The Engineers and the Price System is available online: https://archive.org/details/engineersandpri01veblgoog

 

Book: Engineers in Syria and Egypt

Sari Hanafi, La Syrie des Ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Egypte, Paris, Karthala, 1997

« Les chercheurs attribuent le plus souvent la fragilité du développement dans les pays du Sud à causes des releant d’une macro-analyse de l’Etat. Ce faisant, ils négligent les groupes sociaux qui peuvent être porteurs de projets de développement. A mi-chemin entre les études macro-économiques du développement et ses analyses anthropologiques fines, une sociologie de nouveaux acteurs, tels que les ingénieurs, apparaît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes de la Syrie et de l’Egypte. Si les ingénieurs sont le produit du développement, ils en deviennent ensuite le moteur indispensable ainsi que, parfois, le vecteur potentiel de son échec. Leur rôle ne se résume pas à celui de simples exécutants de la raison d’Etat. Car par leur travail et par une certaine autonomie de décision qui leur est souvent reconnue au nom de leur savoir et de leur technicité, les ingénieurs participent activement à la formation/ réalisation des politiques étatiques et des projets économiques du secteur privé.Ce groupe de techno-bureaucratique est en quête d’une identité professionnelle mais aussi sociale et culturelle. Au-delà de la question du développement, les ingénieurs s’intéressent aux affaires de la cité. Ils combinent une orientation modernisatrice, sous forme de visées technocratique et techniciste, avec d’autres orientations que nous avons appelés proffessionnelle faible, corporatiste et islamiste.Un projet culturel est porté par une partie d’entre eux dont les islamistes. Son mot d’ordre est de moderniser l’islam. Cet islamisme a un rapport au religieux que nous qualifions « d’esthétique ». Car cette vision indique davantage une subordination au présent, au contexte socio-économique et politique, qu’une autonomie historique. Elle est beaucoup plus liée à l’attitude de l’Etat quà l’appartenance à une culture arabo-musulmane. »

Sari Hanafi est « docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, actuellement chercheur au Centre d’étude et de documentation économique juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Il est l’auteur de l’ouvrage Entre deux monde. Les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestienne, (en français et en arabe). Il est également auteur de plusieurs articles sur la société syrienne et sur la diaspora palestinienne. »

See also: 

Hanafi Sari. Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité. In: Tiers-Monde. 1995, tome 36 n°143. Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie (sous la direction d’Elizabeth Longuenesse et Roland Waast). pp. 531-545. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1995_num_36_143_4975

Hanafi Sari, Les ingénieurs en Syrie : modernisation, technobureaucratie et identité, Thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 1994. Available Online

Book: History of Technical Intelligence

Hélène Verin, La Gloire des Ingénieurs: l’Intelligence Technique du XVIe au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993

« Bâtisseur du progrès ou homme d’artifices, l’ingénieur est une figure centrale du mythe de la modernité. Héraut du génie à la Renaissance, il triomphe dans l’organisation industrielle au temps de Jules Verne.Ce livre nous invite, à travers une abondante littérature, peu connue ou inédite, à délaisser le mythe pour pénétrer dans l’histoire profuse et vivante des ingénieurs. Ouvrant l’espace de la technique, dans la société comme dans la connaissance, au confluent d’intérêts contraires et à la rencontre du savoir et du faire, de l’esprit et de la matière, les ingénieurs sont en quête d’un autre « Discours de la méthode ». Dès le XVIe siècle, ils s’appliquent à anticiper par le calcul les effets de leurs artifices, pour en augmenter les avantages. Soucieux d’instrumenter au plus juste les mathématiques, ils réfléchissent sur les vertus de la modélisation, de la normalisation de la science des systèmes et sont, à la fin du XVIIIe siècle, au coeur du débat sur les avantages et les inconvénients de l’industrialisation. »

Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

« La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française. »

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

« Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel. »

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Review: Race & Caste

« Peut-on comparer race et caste ?. Retour sur la sociologie de l’Inde de Louis Dumont », La Vie des idées, 18 janvier 2012

Review by Roland Lardinois

Kamala Visweswaran, Un/common Cultures. Racism and the Rearticulation of Cultural Difference, Durham, Duke University Press, 2010 ; New Delhi, Navayana, 2011

« L’œuvre de l’anthropologue Louis Dumont, qui aurait eu 100 ans le 1er août 2011, ne cesse d’être discutée. Dernier exemple, les critiques que lui adresse l’anthropologue américaine Kamala Visweswaran dans un livre qui revient sur l’usage dans les sciences sociales des notions de culture, de race et de caste. » 

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-comparer-race-et-caste.html

 


Review: Diversity and Change in Modern India

« Les mutations de la société indienne », La Vie des idées, 16 mars 2011

Review by Roland Lardinois

Antony F. Heath et Roger Jeffery (dir.), Diversity and Change in Modern India. Economic, Social and Political Approaches, The British Academy, Oxford University Press, 2010

« L’ouvrage édité par Antony Heath et Roger Jeffery offre une vue d’ensemble des transformations de la société indienne. Dominé par les contributions d’économistes et de politistes, il reflète l’état des sciences sociales en Inde, où la sociologie peine à se développer pleinement. »

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Les-mutations-de-la-societe.html