Book: Engineers in Syria and Egypt

Sari Hanafi, La Syrie des Ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Egypte, Paris, Karthala, 1997

« Les chercheurs attribuent le plus souvent la fragilité du développement dans les pays du Sud à causes des releant d’une macro-analyse de l’Etat. Ce faisant, ils négligent les groupes sociaux qui peuvent être porteurs de projets de développement. A mi-chemin entre les études macro-économiques du développement et ses analyses anthropologiques fines, une sociologie de nouveaux acteurs, tels que les ingénieurs, apparaît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes de la Syrie et de l’Egypte. Si les ingénieurs sont le produit du développement, ils en deviennent ensuite le moteur indispensable ainsi que, parfois, le vecteur potentiel de son échec. Leur rôle ne se résume pas à celui de simples exécutants de la raison d’Etat. Car par leur travail et par une certaine autonomie de décision qui leur est souvent reconnue au nom de leur savoir et de leur technicité, les ingénieurs participent activement à la formation/ réalisation des politiques étatiques et des projets économiques du secteur privé.Ce groupe de techno-bureaucratique est en quête d’une identité professionnelle mais aussi sociale et culturelle. Au-delà de la question du développement, les ingénieurs s’intéressent aux affaires de la cité. Ils combinent une orientation modernisatrice, sous forme de visées technocratique et techniciste, avec d’autres orientations que nous avons appelés proffessionnelle faible, corporatiste et islamiste.Un projet culturel est porté par une partie d’entre eux dont les islamistes. Son mot d’ordre est de moderniser l’islam. Cet islamisme a un rapport au religieux que nous qualifions « d’esthétique ». Car cette vision indique davantage une subordination au présent, au contexte socio-économique et politique, qu’une autonomie historique. Elle est beaucoup plus liée à l’attitude de l’Etat quà l’appartenance à une culture arabo-musulmane. »

Sari Hanafi est « docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, actuellement chercheur au Centre d’étude et de documentation économique juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Il est l’auteur de l’ouvrage Entre deux monde. Les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestienne, (en français et en arabe). Il est également auteur de plusieurs articles sur la société syrienne et sur la diaspora palestinienne. »

See also: 

Hanafi Sari. Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité. In: Tiers-Monde. 1995, tome 36 n°143. Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie (sous la direction d’Elizabeth Longuenesse et Roland Waast). pp. 531-545. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1995_num_36_143_4975

Hanafi Sari, Les ingénieurs en Syrie : modernisation, technobureaucratie et identité, Thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 1994. Available Online

Book: History of Technical Intelligence

Hélène Verin, La Gloire des Ingénieurs: l’Intelligence Technique du XVIe au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993

« Bâtisseur du progrès ou homme d’artifices, l’ingénieur est une figure centrale du mythe de la modernité. Héraut du génie à la Renaissance, il triomphe dans l’organisation industrielle au temps de Jules Verne.Ce livre nous invite, à travers une abondante littérature, peu connue ou inédite, à délaisser le mythe pour pénétrer dans l’histoire profuse et vivante des ingénieurs. Ouvrant l’espace de la technique, dans la société comme dans la connaissance, au confluent d’intérêts contraires et à la rencontre du savoir et du faire, de l’esprit et de la matière, les ingénieurs sont en quête d’un autre « Discours de la méthode ». Dès le XVIe siècle, ils s’appliquent à anticiper par le calcul les effets de leurs artifices, pour en augmenter les avantages. Soucieux d’instrumenter au plus juste les mathématiques, ils réfléchissent sur les vertus de la modélisation, de la normalisation de la science des systèmes et sont, à la fin du XVIIIe siècle, au coeur du débat sur les avantages et les inconvénients de l’industrialisation. »

Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

« La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française. »

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

« Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel. »

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Review: Race & Caste

« Peut-on comparer race et caste ?. Retour sur la sociologie de l’Inde de Louis Dumont », La Vie des idées, 18 janvier 2012

Review by Roland Lardinois

Kamala Visweswaran, Un/common Cultures. Racism and the Rearticulation of Cultural Difference, Durham, Duke University Press, 2010 ; New Delhi, Navayana, 2011

« L’œuvre de l’anthropologue Louis Dumont, qui aurait eu 100 ans le 1er août 2011, ne cesse d’être discutée. Dernier exemple, les critiques que lui adresse l’anthropologue américaine Kamala Visweswaran dans un livre qui revient sur l’usage dans les sciences sociales des notions de culture, de race et de caste. » 

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-comparer-race-et-caste.html

 


Review: Diversity and Change in Modern India

« Les mutations de la société indienne », La Vie des idées, 16 mars 2011

Review by Roland Lardinois

Antony F. Heath et Roger Jeffery (dir.), Diversity and Change in Modern India. Economic, Social and Political Approaches, The British Academy, Oxford University Press, 2010

« L’ouvrage édité par Antony Heath et Roger Jeffery offre une vue d’ensemble des transformations de la société indienne. Dominé par les contributions d’économistes et de politistes, il reflète l’état des sciences sociales en Inde, où la sociologie peine à se développer pleinement. »

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Les-mutations-de-la-societe.html

 

 

 

Book: Rule of Experts

Timothy Mitchell, Rule of Experts, Egypt, Techno-politics, Modernity, Berkeley and Los Angeles, UC Press, 2002

« Can one explain the power of global capitalism without attributing to capital a logic and coherence it does not have? Can one account for the powers of techno-science in terms that do not merely reproduce its own understanding of the world?

Rule of Experts examines these questions through a series of interrelated essays focused on Egypt in the twentieth century. These explore the way malaria, sugar cane, war, and nationalism interacted to produce the techno-politics of the modern Egyptian state; the forms of debt, discipline, and violence that founded the institution of private property; the methods of measurement, circulation, and exchange that produced the novel idea of a national « economy, » yet made its accurate representation impossible; the stereotypes and plagiarisms that created the scholarly image of the Egyptian peasant; and the interaction of social logics, horticultural imperatives, powers of desire, and political forces that turned programs of economic reform in unanticipated directions.

Mitchell is a widely known political theorist and one of the most innovative writers on the Middle East. He provides a rich examination of the forms of reason, power, and expertise that characterize contemporary politics. Together, these intellectually provocative essays will challenge a broad spectrum of readers to think harder, more critically, and more politically about history, power, and theory. »

Contents: 

« Introduction

I. Economies of Truth
1. Can the Mosquito Speak?
2. Principles True in Every Country
3. The Character of Calculability
II. Peasant Studies
4. The Invention and Reinvention of the Peasant
5. Nobody Listens to a Poor Man
6. Heritage and Violence
III. Fixing the Economy
7. The Object of Development
8. The Market’s Place
9. Dreamland

Notes
Select Bibliography »

Book Review: 

Michel Callon, « L’Égypte et les experts. Compte-rendu du Livre de Tim Mitchell, Rule of Experts », Gérer et comprendre, 86, Décembre 2006, p.83-97. URL: http://www.annales.org/gc/2006/gc86/egypte.pdf

 

 

Book: Engineers in Parliament

 Bruno Marnot, Les Ingénieurs au Parlement sous la IIIe République, Paris, CNRS Éditions, 2000

« Le Parlement de la Troisième République a compté, sur l’ensemble de la période, 280 ingénieurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration de la politique industrielle de la France. Qui étaient ces ingénieurs ? Quelles étaient leur formation, leur carrière professionnelle ou leur sensibilité politique ? Le dépouillement de nombreuses archives parlementaires montre que ces hommes ont pris part, de manière active et déterminante, à l’industrialisation de la France dans des domaines aussi divers que l’électricité, la modernisation agricole ou la politique pétrolière. Les rapports complexes entre Etat et industrie apparaissent clairement.  »

 

 

Book review: 

Muriel Le Roux, « Les ingénieurs au Parlement, sous la IIIe République », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 06 mars 2006. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/401


 

Book: The Engineers and the Great Depression

André Grelon (ed.), Les Ingénieurs de la Crise. Titre et Profession entre les deux guerres., Paris, Editions de  l’EHESS, 1984

« L’entre-deux-guerres a été pour les ingénieurs une période d’une très grande importance. A cette époque, leurs conditions de travail se modifient, leurs rôles dans les entreprises se transforment, leur position dans la société est en pleine évolution. La grande crise des années trente agit à cet effet comme un révélateur : les ingénieurs prennent conscience qu’ils sont menacés à la fois de l’intérieur parce qu’ils forment un groupe de plus en plus hétérogène et de l’extérieur par les risques de déqualification professionnelle et de déclassement social. Ils sont donc amenés à se défendre en cherchant à obtenir un statut qui définisse une qualité intrinsèque de l’ingénieur : ce sera la bataille pour la protection du titre d’ingénieur. Cet épisode revêt une grande signification dans leur longue histoire, car c’est sur la base des acquis des années trente que s’est construit l’ingénieur contemporain. Ce livre relate pour la première fois la lutte de ce groupe socio-professionnel pour préserver et renforcer son identité : il analyse les raisons de ce mouvement et en décrit les modalités. Il montre aussi que les problèmes auxquels ont été confrontés les ingénieurs français étaient communs à ceux de toute l’Europe : il jette ainsi les basés d’une histoire européenne des ingénieurs. »

 

Book: Engineering Education

André Grelon, A.Karvar, I.GouzevitchLa formation des ingénieurs en perspective. Modèles de référence et réseaux de médiation, XVIIIe-XX siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004

« L’institutionnalisation de la formation et de la pratique des ingénieurs est un processus historique de grande ampleur qui se développe parallèlement aux grandes vagues d’industrialisation en Europe et en Amérique du Nord, dès la fin du XVIIIe siècle. Elle ne cesse de s’étendre à tous les pays; elle est encore à l’œuvre aujourd’hui. Elle est souvent en corrélation avec la diffusion des « modèles » d’enseignement technique. Réunissant des contributions de chercheurs et d’universitaires venus du monde entier, le présent ouvrage offre un aperçu original des recherches comparatives sur le transfert des « modèles » d’enseignement pour ingénieurs entre différentes aires culturelles. Les articles rassemblés en trois parties – institutionnalisation de l’enseignement, médiation des acteurs et polysémie du concept de  » modèle  » – traitent des déterminants techniques et culturels, des stratégies d’expansion et des choix politiques comme des mécanismes complexes d’acculturation dans un environnement local. »

Book: Water Resources Management

Peter Mollinga, Anjali Bhat and S.V. Saravanan (eds), When policy meets reality : Political dynamics and the practice of integration in water resources management reform. Berlin : LIT Verlag, 2010

«Water policy initiatives often run into difficulties when they encounter the realities of really existing societies. Policies may not get implemented as planned, and may not achieve their stated objectives. Many things happen when policy initiatives travel from formulation to implementation. The papers in this volume examine the travel and appropriation of water policy by looking at the contestation and the embeddedness of water policy. Organised in the sequence everyday politics of water, politics of water policy, hydropolitics, global water politics, the papers constitute a call for a policy approach that replaces a social engineering with a strategic action perspective.»

Book: History of engineering contracting

Arjan van Rooij and Ernst Homburg, Building the plant: A history of engineering contracting in the Netherlands. Eindhoven/ Zutphen: Stichting Historie der Techniek/ Walburg Pers, 2002

« This book is on the history of companies involved in the design and construction of (petro)chemical plants, oil refineries, power plants, and of all sorts of installations for the process industries and the oil and gas off-shore industries. These companies are called engineering contractors. Names such as Foster-Wheeler, Linde, Lummus, Fluor Daniel, Uhde, Stone & Webster, Comprimo, Bechtel, Technip, Simon Carves, and Badger, to name just a few, are well-known to anyone working in the process industries. Together these companies, and their sub-contractors, employ hundreds of thousands of employees, and their turnover amounts to several billions of dollars. Nevertheless, most of the companies named are completely unknown to the public at large. The sector has definitely a ‘low profile’, and this is underlined by the fact that also among business historians and historians of technology hardly anyone has a clear understanding of the crucial role these engineering contractors play in the development and diffusion of technology. The present book, which focuses especially on the engineering contractors based in the Netherlands, is probably the first historical study devoted to this important branch of industry. There exists a limited number of books on the history of individual companies, but the history of the branch as a whole has not been studied before. »

Books: Engineering Ethics

Christelle Didier, Les ingénieurs et l’éthique : pour un regard sociologique, London, Hermes, 2008

« L’éthique est devenue un grand sujet de préoccupation dans de nombreux secteurs tels que la médecine, l’économie, le journalisme, le travail social mais aussi celui des sciences et des techniques. Les ingénieurs et l’éthique s’interroge sur les valeurs et l’identité d’une profession en prise avec d’importantes questions actuelles comme la pollution, les risques techniques et les inégalités sociales. Présentant les résultats d’une enquête sociologique réalisée sur près de 4 000 diplômés français, ce livre permet de mieux cerner le regard que portent les ingénieurs sur les sciences, les techniques et la société. Cet ouvrage offre une meilleure connaissance de l’univers des représentations d’un groupe social en pleine mutation. »

 

Christelle Didier, Penser l’éthique des ingénieurs, Paris, PUF, « Questions d’éthique », 2008

« Cet ouvrage propose des pistes pour interroger les enjeux éthiques de la technique à partir de l’un de ses principaux acteurs, l’ingénieur. Aux professionnels, il propose une réflexion sur leurs responsabilités individuelles et collectives. A ceux qui les forment, il indique des éléments pour aborder ces questions en cours. Aux spécialistes en sciences humaines et sociales, il dévoile un pan méconnu des recherches protant sur les professions techniques. Il offre à tous la possibilité de mieux connaître certains aspects de notre monde technique à travers celles et ceux qui y contribuent. »

 

About the Author

Christelle Didier is Associate Professor in the Ethics Department of the Lille Catholic University and Head of Engineering Ethics. She co-authored Éthique industrielle (Bruxelles, 1998) and contributes to the European Journal of Engineering Education

 




 

Book: Water in South Asia

Peter Mollinga (ed), Water for Food and Rural Development. Approaches and Initiatives in South Asia, New Delhi, Sage, 2000

“This important book addresses two fundamental questions: First, what is the relation, in South Asia, between the development and use of water resources on the one hand, and food security and rural development on the other? Second, which innovative approaches and methodologies can help resolve the deadlock in water resources development and management?

This volume of 17 original essays presents views and experiences on these important questions from Bangladesh, India, Nepal, Pakistan and Sri Lanka. The authors argue strongly for an integrated approach to water resource management which would make it part of the broader agenda of rural transformation. They cite concrete examples to show how a shift away from an exclusive focus on infrastructure development and increased production is possible in practice. All water-related interventions, they recommend, should be made conditional on the inclusion of strategies for sustainable biomass production; resource-rights and asset creation through generating employment (especially for the landless, the land-poor and women); equity in resource access and distribution; and principles of democratic planning and management.”

Contributors: Peter P. Mollinga, C.W.J. Roest, Tushaar Shah, Mahesh Banskota, Suresh R. Chalise, Syed Z. Sadeque, Jayanta Bandyopadhyay, Anjan Datta, M. Youssouf Ali, Upendra Gautam, Rajan Subedi, Kusum Athukorala, Zaigham Habib, Ajaya Dixit, Abid Shah, E.M. Shashidharan, Reema Nanavaty, K.R. Datye, Suhas Paranjape, K.J. Joy, Vijay Paranjpye, Lionel Siriwardena, …

 

Book: The Chemical Industry in Europe

Ernst Homburg, Anthony S. Travis, Harm G. Schröter (eds), The Chemical Industry in Europe, 1850-1914: Industrial Growth, Pollution and Professionalization, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1998

“This book analyses the development of the chemical industry during the Second Industrial Revolution in a large number of European countries. It is the first book-length study of the European chemical industry that pays proper attention to the importance of environmental issues, and to the role of the chemical profession both in industrial and in environmental matters. It is intended for a large audience of historians of technology and chemistry, social historians, economic and business historians, and historians of the environment.”

Contributors:  Ernst Homburg, Anthony S. Travis, Christian Simon, Hans Jorgen Styhr Petersen, Paolo Amat di San Filippo, Roman Mierzecki, Anders Lundgren, Harm G. Schröter,Sarah Wilmot, Peter Reed, Arne Andersen, James Donnelly, Stuart Bennett, Carsten Reinhardt, Wolfgang Wimmer, Gérard Emptoz, Anne-Claire Déré